Actuel

Burgerrat Biel ab 2019 mit neuem Präsidenten

2018 war wieder ein bewegtes Jahr für die Burgergemeinde Biel: Nach diversen Stürmen zu Beginn des Jahres, nachhaltigen Schäden durch den Buchdrucker wegen des trockenen Sommers, einer ertragreichen Weinernte und fortgeschrittenen Liegenschaftsarbeiten, endet das Jahr mit der erfolgreichen Wahl eines neuen Präsidenten und dem Ausklingen am Bieler Weihnachtsmarkt.

Medienmitteilung (PDF)

Nouveau président dès 2019 pour le Conseil de bourgeoisie biennois

2018 fut à nouveau une année animée pour la Bourgeoisie de Bienne: après plusieurs tempêtes au début de l’année, des dégâts durables causés par le bostryche typographe en raison de l’été sec, une vendange productive et des travaux immobiliers avancés, l’année s’achève avec l’élection réussie d’un nouveau président et le marché de Noël biennois.

Communiqué de presse (PDF)

Esprit de Noël dans la cabane en rondins canadienne de la Bourgeoisie

L’hiver est là et la période de Noël approche. Comme le veut la tradition, au marché de Noël, la Bourgeoisie de Bienne propose également à boire et à manger pendant cette période de l’Avent.

Du jeudi 6 au lundi 24 décembre 2018, dans notre fameuse cabane en bois, il y a notre savoureux Risotto aux champignons, des délicieuses saucisses grillées de sanglier et de veau prisées, du vin chaud et de la «bière forestière» brassée dans la Vieille Ville de Bienne.
Nous nous réjouissons d'accueillir cette année aussi les nombreux visiteurs et visiteuses du marché de Noël de Bienne.

Le lieu de rencontre particulier au marché de Noël biennois

Cette année aussi, la Bourgeoisie de Bienne gâte ses visiteurs et visiteuses avec des spécialités.

Heures d’ouverture:

Lundis 10*, 17 et 24 décembre 2018, 11h00 – 19h00
Mardis 11 et 18 décembre 2018, 11h00 – 19h00
Mercredis 12 et 19 décembre 2018, 11h00 – 19h00
Jeudis 6, 13 et 20 décembre 2018, 11h00 – 21h30
Vendredis 7, 14 et 21 décembre 2018, 11h00 – 19h00
Samedis 8, 15 et 22 décembre 2018, 09h00 – 18h00
Dimanches 9 et 16 décembre 2018, 10h00 – 18h00

* Lundi 10 décembre 2018 : uniquement vin chaud et thé de Noël.
La cuisine reste fermée pendant ce jour.

Assemblée de la Bourgeoisie à la Maison Farel

Pendant les belles journées d’été, la Bourgeoisie de Bienne s’est réunie à la Maison Farel, au centre-ville de Bienne, dans le cadre de l’Assemblée de la Bourgeoisie, où les informations suivantes ont été communiquées:


Lors de la visite traditionnelle des autorités, ainsi que lors de la promenade début juin, de nombreux intéressés ont suivi les traces de la Bourgeoisie de Bienne sous la conduite éclairée de Margrit Wick-Werder et ont visité les bâtiments et lieux historiques qui appartenaient autrefois justement à la Bourgeoisie de Bienne. Jusqu’à la révolution française (1798), les Bourgeoisies étaient les seules autorités communales. Ainsi aussi la Bourgeoisie de Bienne. Cela a changé avec la création des communes municipales en raison de la Constitution cantonale de 1831. Les lois et décrets résultant de celle-ci ont rendu nécessaire une séparation des biens communaux. Il restait aux Bourgeoisies les «biens avec des dispositions purement bourgeoises» tel que les forêts et les domaines de montagne.


Avec l’achat et l’assainissement de la grange Verdan, la Bourgeoisie de Bienne veut apporter une contribution supplémentaire à la préservation des biens culturels. La construction du mur sur deux niveaux a été réalisée voilà environ 200 ans et a probablement servi d’atelier d’impression textile à la fabrique d’indiennes Verdan entre 1819 et 1830. Plus tard, il y aurait eu une cave à vin utilisée pour l’artisanat. À l’intérieur du bâtiment se trouve, entre autres, une grande cave voûtée et, au-dessus, une pièce à l’étage avec des plafonds à poutres apparentes. La grange Verdan est considérée comme le bâtiment non résidentiel classé le plus important de Bienne et est particulièrement digne de protection.


L’assainissement de l’immeuble sis rue du Wasen 12 acquis en novembre 2016 a encore progressé. Ici, les plans ont été réalisés par le bureau d’architectes Molari + Wick et les travaux de transformation ont commencé voilà quelques jours. Un projet est également en cours d’élaboration pour le remplacement de la ferme de montagne Sässeli complètement détruite par le feu.

Sur les traces de la Bourgeoisie de Bienne

De nombreux bâtiments et lieux historiques dans la vieille ville biennoise appartenaient autrefois à la Bourgeoisie de Bienne. Au milieu du XIXe siècle, avec la création des communes municipales, cela a aussi changé à Bienne. Dans le cadre d’une visite traditionnelle des autorités et sous la conduite d’une guide spécialisée, Margrit Wick-Werder, les intéressés ont suivi les traces de la Bourgeoisie de Bienne dans la vieille ville biennoise.

Jusqu’à la révolution française (1798), les Bourgeoisies étaient les seules autorités communales. Ainsi aussi la Bourgeoisie de Bienne. Cela a changé avec la création des communes municipales en raison de la Constitution cantonale de 1831. Les lois et décrets résultant de celle-ci ont rendu nécessaire une élimination des biens communaux. Tous les biens publics, tels que l’eau, les routes, places, cimetières etc. étaient désormais soumis aux communes municipales. Il restait aux Bourgeoisies les «biens avec des dispositions purement bourgeoises», tel que les forêts et les domaines de montagnes.

Grand intérêt des autorités et de la Bourgeoisie
L’intérêt des représentants et représentantes des autorités et de la Bourgeoisie de Bienne était grand. Sous la conduite éclairée de Margrit Wick Werder (historienne), ils ont pu avoir un aperçu du passé de la Bourgeoisie de Bienne dans la vieille ville biennoise. Ensemble, ils ont visité des biens importants tels que l’église, le Bourg, l’hôpital, la source des Romains ou le cimetière. Des faits historiques comme des anecdotes ont donné aux intéressés un aperçu captivant de l’histoire de la Bourgeoisie de Bienne.

 

Informations (en  allemand)

Plage de Nidau: peuplier blanc abattu pour raisons de sécurité

Un peuplier blanc a dû être abattu pour des raisons de sécurité sur le site de la plage de Nidau. En automne 2018, après la fin de la saison balnéaire, une grande branche s’est cassée sans intervention externe. En outre, on a constaté que l’ancrage de la cime installée voilà des décennies pour la stabilisation des troncs d’arbres avait pris fortement racine.
La commune de Nidau a mandaté les arboriculteurs professionnels de la Bourgeoisie de Bienne pour abattre l’arbre. Un hélicoptère a été utilisé, afin de réduire les dégâts sur la pelouse. Les branches coupées ont été directement transportées sur le parking situé à proximité de la plage, où elles ont été ensuite traitées. L’intervention spectaculaire d’héliportage a duré environ une heure.

La tempête «Eleanor/Burglind» a laissé des traces de destruction

La tempête «Eleanor/Burglind», qui a balayé la Suisse le 3 janvier 2018, a aussi affecté les forêts de notre région. La Bourgeoisie de Bienne recense des dégâts dits épars dans ses forêts. Cela signifie que des arbres individuels ou de petits groupes d’arbres ont été déracinés ou éclatés. En outre, de nombreux chemins ou routes de forêts ne sont pas encore empruntables. Ceux-ci seront déblayés au fur et à mesure.

Attention en forêt
De nombreux arbres, des parties de couronne et des branches sont sectionnés et endommagés sans que l’on ne le voie. De lourdes branches ou même des arbres entiers sont suspendus aux couronnes. Ils peuvent se fracasser par terre lors de moindres secousses ou en cas de vents. Les promenades en forêts sont donc liées à un risque élevé ces prochaines semaines et il convient d’y renoncer dans la mesure du possible. Même traverser la forêt en dehors des chemins est liée à un grand risque ! Les personnes qui ne peuvent pour autant pas s’abstenir d’une balade dans les bois, le font à leurs propres risques. La Bourgeoisie de Bienne fait remarquer que les barrages et signalisations des responsables forestiers doivent être strictement observés.

Dégâts causés par la tempête sur des propriétés privées
La Bourgeoisie de Bienne vous soutient volontiers lors de l’enlèvement des dégâts causés par la tempête sur votre propriété et peut vous aider lors de la coordination avec l’assurance immobilière.

Période du marché de Noël avec la Bourgeoisie de Bienne

Encore une année qui s’achève et Noël s’approche. Cette année aussi, la Bourgeoisie de Bienne sera de nouveau présente avec sa cabane canadienne en rondins bien connue du marché de Noël biennois. Du 2 au 23 décembre 2017, nous vous servirons du vin chaud épicé ainsi que d’autres délices culinaires.

La Bourgeoisie de Bienne est présente sur le marché de Noël à Bienne depuis 2000. Cette année aussi, les visiteuses et visiteurs de la cabane romantique en bois auront le plaisir de savourer le Risotto aux champignons juteux, les saucisses grillées de sanglier et de veau et bien-sûr le vin chaud pour se réchauffer. Nouveau dans l’assortiment, nous proposerons une «bière forestière» brassée dans la Vieille Ville de Bienne et pourvue de sa propre étiquette.
Nous nous réjouissons d’ores et déjà de pouvoir accueillir encore cette année nombre de Bourgeoises et Bourgeois biennois.

Lieu de rencontre particulier sur le marché de Noël biennois

Cette année aussi, la Bourgeoisie de Bienne gâtera ses visiteurs et visiteuses avec des spécialités.

Heures d’ouverture:

Lundis 4*, 11* et 18 décembre 2017 11h00 – 19h00
Mardis 5, 12 et 19 décembre 2017 11h00 – 19h00
Mercredis 6, 13 et 20 décembre 2017 11h00 – 19h00
Jeudis 7, 14 et 21 décembre 2017 11h00 – 21h30
Vendredis 8, 15 et 22 décembre 2017 11h00 – 19h00
Samedis 2, 9, 16. et 23 décembre 2017 09h00 – 18h00
Dimanches 3, 10 et 17 décembre 2017 10h00 – 18h00

* Lundis 4 et 11 décembre 2017: uniquement vin chaud et thé de Noël.
  La cuisine reste fermée pendant ces deux jours.

Marché de Noël Bienne

Assemblée de la Bourgeoisie sur les hauteurs

À l’occasion de ces jours de grande chaleur, un rafraîchissement sur les hauteurs tombe bien: la Bourgeoisie de Bienne s’est retrouvée pour la dernière assemblée de la Bourgeoisie dans notre exploitation de montagne du «Hohmatt» à Macolin. Situé dans un cadre idyllique, ce restaurant apprécié rencontre un fort succès, surtout grâce à la gérante Madame Niederberger, qui gâte sa clientèle avec beaucoup de joie et d’engagement.

Les informations suivantes ont été communiquées dans le cadre de l’Assemblée de la Bourgeoisie:

Lors du dernier jeudi de Pentecôte, un épais nuage de fumée s’est élevé dans le Jura: la ferme de montagne «Sässeli» a été la proie des flemmes et a complètement brûlé. Malgré la réaction rapide des habitants et habitantes sur place, le feu n’a pas pu être éteint à temps. Heureusement, aucune victime ni perte d’animal n’est à déplorer.

En avril 2017, la Bourgeoisie de Bienne a procédé à une intervention intéressante au-dessus du tunnel CFF de Vigneules: 150 pins noirs infectés par le champignon «Sphaeropsis sapinea », ont dû être abattus. La Bourgeoisie de Bienne a préparé ces travaux difficiles sur mandat des services compétents en termes de sécurité et a été soutenue dans sa tâche par une entreprise d’hélicoptères.

Une étape supplémentaire a pu être franchie en rapport avec l’assainissement de la maison acquise à la rue du Wasen 12. La phase de planification peut désormais démarrer avec comme objectif de commencer les travaux de construction dès le printemps 2018.

En outre, il y a eu également de nouvelles admissions cet été: la Bourgeoisie de Bienne se réjouit de la nouvelle affiliation de Monsieur et Madame Marti et Regula Schwendimann de Bienne.

Ferme de montagne «Sässeli» victime des flammes

La ferme de montagne «Sässeli» a été la proie des flammes. Le jeudi de Pentecôte, la métairie a complètement brûlé. Aucune perte d’être humain ou d’animaux n’est à déplorer. Bien que les habitants aient été sur les lieux et aient rapidement réagi, le feu n’a pu être éteint à temps. Le long chemin d’accès des sapeurs-pompiers, l’alimentation limitée en eau, mais également la bise fraîche ont rendu l’extinction impossible. La colonne de fumée était visible de loin. Selon toute probabilité, un feu de cheminée est à l’origine de l’incendie, mais cela fait encore l’objet de clarifications.
La Bourgeoisie de Bienne examine désormais si la ferme de montagne doit être reconstruite à un autre endroit. L’emplacement actuel se trouve dans le périmètre d’extraction de la carrière «Tascharner». À moyen terme, la métairie devrait disparaître à cause de cette activité.

Spectaculaire action d’hélitreuillage au-dessus du tunnel CFF de Vigneules

Avec le soutien d’une entreprise d’hélicoptères, la Bourgeoisie de Bienne a pu enlever sans danger les pins noirs situés à flanc de colline et attaqués par un champignon. Les arbres et arbustes indigènes se réjouissent du nouvel espace en résultant.
Après les travaux préparatoires exécutés fin mars par la Bourgeoisie de Bienne, l’hélicoptère a pu intervenir. Cette action spectaculaire a été coordonnée par Bernhard Moser, garde-forestier, alors que les forestiers-bûcherons maintenaient la position dans les arbres. Les arbres ont été abattus l’un après l’autre, puis enlevés par hélicoptère à l’aide d’un câble. Les arbres abattus ont été entreposés dans une clairière, avant d’être enlevés au moyen d’un semi-remorque. Ce qu’il reste désormais, ce sont des arbres sains et un nouvel espace pour des plantes indigènes.

Des pins noirs malades vont être abattus

Ces prochains jours, la Bourgeoisie de Bienne va abattre environ 150 pins noirs malades au-dessus du tunnel CFF de Vigneules. Les conifères sont infectés par le champignon «Sphaeropsis sapinea» et se distinguent par leurs cimes décolorés brunâtres. La Bourgeoisie de Bienne sera soutenue pour ses interventions par une entreprise d’hélicoptères.

Ledit champignon «Sphaeropsis sapinea» a été découvert pour la première fois en 1991 en Suisse. Il attaque en particulier les aiguilles des espèces de pins souffrant d’un manque d’eau et de nutriments, les pins noirs étant ici les plus fortement touchés. De surcroît, les conditions météorologiques extrêmes de ces dernières années ont favorisé la propagation de ce champignon. Le résultat de cette infection est la mort des aiguilles des arbres. Si toute la couronne est affectée, l’arbre entier meurt impérativement. Ce qui semble être un problème esthétique pour l’homme, se révèle toutefois être positif pour la nature. En effet, la perte des pins noirs non indigènes en Suisse crée de la place pour les arbres et arbustes indigènes.

Travaux difficiles sur un terrain difficile
Les pins noirs mourant au-dessus du tunnel CFF de Vigneules dans la zone du Felseneck sont particulièrement problématiques. Ceux-ci risquent de glisser sur les voies CFF ou l’A5. En outre, de nombreux chemins de randonnée bien fréquentés traversent cette zone. Afin de minimiser ces dangers potentiels, quelque 150 pins noirs malades seront abattus dans cette zone ces prochains jours. La Bourgeoisie de Bienne a préparé ces travaux difficiles sur mandat des services pertinents sur le plan de sécurité. Sur les terrains difficiles où les travaux ne devront pas détacher de pierres, elle sera soutenue par une entreprise d’hélicoptères. Afin de prévenir d’éventuels feux de forêt, le matériau provenant des couronnes sera enlevé de la zone. Comme l’indique Kuno Moser, garde forestier principal de la Bourgeoisie de Bienne, «c’est le dernier moment où les travaux ont encore été autorisés dans la réserve naturelle. Après cela, le calme doit à nouveau être restauré jusqu’après la période de végétation».

Pins noirs de Méditerranée
Durant les années de guerre mondiale, lorsque le bois était devenu un bien rare, divers spécialistes ont réfléchi à la façon de remédier à cette pénurie. À Bienne et Boujean, seuls peu d’arbres ont poussé sur les terrains arides exposés au sud, et ceux-ci avaient souvent à combattre la sécheresse. Cela a donné l’idée aux forestiers de planter des pins noirs sur ces terrains. Cette espèce de pins indigène en Europe du sud-est et du bassin méditerranéen supporte relativement bien la sécheresse et en conséquence pousse également sur des sols arides.

Arboriculture: tailler correctement pour une croissance saine

La Bourgeoisie de Bienne prend soin et entretient les arbres en tout genre: leurs spécialistes s’occupent presque toute l’année de tailler les arbres dans les jardins et espaces verts de la région. Ainsi, la Bourgeoisie propose aussi aux particuliers son savoir-faire acquis au cours de nombreuses années et appliquée avec succès à ses propres milliers d’arbres.

Marcel Tanner est un forestier-bûcheron qualifié et un garde forestier diplômé. D’une expérience de plusieurs années, il apporte un savoir précieux sur le travail de taille des arbres. Tôt déjà, il a développé un intérêt particulier pour le soin des arbres et des arbrisseaux et a suivi plusieurs cours de formation continue dans ce domaine. Actuellement, il pratique surtout l’arboriculture au sein de la Bourgeoisie de Bienne.
Début mars, trois spécialistes étaient occupés pendant six jours avec le travail de taille des arbres, y compris aussi Marcel Tanner, à la Lyssstrasse 75 à Nidau. Pour des raisons de sécurité, ils ont libéré les arbres des branches sèches et les ont taillés à une hauteur optimale. Les arbres doivent souvent être réduits aussi à cause du manque de place ou de lumière.


De bonnes connaissances des arbres revêtent une grande importance dans l’arboriculture. D’un côté, il faut prêter une attention particulière à ce que les arbres soient régulièrement taillés et adaptés à leur forme. D’un autre côté, la surface de taille ne devrait pas dépasser celle d’une pièce de cinq francs, car autrement cette plaie ne guérit pas assez rapidement et devient une porte d’entrée pour les champignons, ce qui aurait comme conséquence une pourriture sévère. «L’arrêt de mort à moyen terme d’un arbre est quand il est décapité», explique Tanner. Si les arbres sont mal taillés, le potentiel de danger augmente et, par conséquent, doivent l’être encore plus régulièrement.


En rapport avec la technique d’escalade à la corde longue empruntée au sport d’escalade pour grimper aux arbres, des règles particulières s’appliquent aux spécialistes de la Bourgeoisie de Bienne. «Avoir peur serait faux, toujours garder le respect est important ! » selon Marcel Tanner. Pour des raisons de sécurité, les forestiers-bûcherons sont tenus de travailler au moins à deux et de suivre les consignes de sécurité obligatoires telles que le port du casque et du pantalon de sécurité. La prudence s’impose également lors du travail par fortes pluies et de vent à cause des risques de glissade.

Assemblée bourgeoise du 28.11.2016

Pour la Bourgeoisie de Bienne, c'est une année riche en événements qui prend fin: les vendanges ont été une réussite complète, une maison délabrée et un cimetière oublié doivent retrouver leur fraîcheur, et pour la fin de l'année, la Bourgeoisie sera de nouveau de la partie au marché de Noël biennois avec sa fameuse cabane en rondins canadienne.

Lorsque les jours raccourcissent, que les arbres perdent leurs feuilles et que l'ambiance de Noël commence à se faire sentir, une certaine frénésie s'empare de la Bourgeoisie, comme on peut le voir en direct à la rue Dufour, lorsqu'elle investit sa célèbre cabane en rondins canadienne, où elle vend ses spécialités culinaires aussi fameuses que réputées. Lors de l'assemblée générale, qui s'est tenue fin novembre 2016, les membres ont été informés que les boissons seraient désormais servies dans de la vaisselle réutilisable, et que la Bourgeoisie devait adapter ses tarifs en conséquence.

Avant que la période de Noël ne commence, les vendanges ont été de nouveau un grand événement automnal. Les membres de la Bourgeoisie peuvent se réjouir particulièrement de la dernière récolte, car le rendement et la qualité ont pu être sensiblement améliorés. Une autre trouvaille est le cimetière familial au chemin du Schweizersboden. Une documentation regroupée par Margrit Wick, bourgeoise d'honneur, souligne l'importance de ce cimetière oublié. La Bourgeoisie entend se pencher sur ce lieu de repos et inciter les responsables à l'entretenir. Dans la recherche d'une nouvelle maison à acheter, les responsables de la Bourgeoisie ont eu également du succès. Une maison, souffrant des aléas du temps, à la rue du Wasen 12 a été acquise par les Bourgeoises et Bourgeois, et ils l’assainiront dans un proche avenir.

Des élections de renouvellement générales ont eu lieu lors de l'assemblée de la Bourgeoisie, et Ulrich Schmid a été confirmé en tant que président du Conseil de Bourgeoisie. En outre, Monica Meyer-Bühler a été remplacée par sa sœur Elisabeth au sein de ce même conseil. Monica Meyer-Bühler y siégeait depuis 2003, où elle a assumé la fonction de vice-présidente de 2005 à 2015. Par ailleurs, pour des raisons de limitation de la durée de fonction, Stephan Alioth a dû céder la présidence de l’autorité sociale, où Adrian Strobel siège désormais.

Un bois bourgeois de grande valeur pour une imposante sculpture

Au Designers’ Saturday de Langenthal, un impressionnant «Pixel de bois» a été créé à partir d’un précieux bois de la Bourgeoisie de Bienne. Tant les visiteurs que le jury de spécialistes se sont enthousiasmés pour l’esthétique de cet artisanat d’art.

Au «Designers’ Saturday» des 5 et 6 novembre 2016, la sculpture en bois suspendue dans la halle de l’entreprise Hector Egger SA à Langenthal, a impressionné tous les visiteurs. Le jury, impressionné lui aussi, a récompensé ce «Pixel de bois» en lui décernant l’argent dans la catégorie «Carte blanche». Cette œuvre filigranée, en éventail, a été taillée dans un bois de douglas, planté il y a 120 ans dans les forêts de la Bourgeoisie de Bienne. De densité moyenne, ce bois résistant se distingue en particulier par sa couleur jaune rosée, par sa durabilité et par sa qualité supérieure. La sculpture, unique en son genre, symbolise l’offre variée des études et formations continues de la Haute école spécialisée bernoise à Bienne, ainsi que ses possibilités de développement, au rayonnement national et international.

Photos: Andrea Grasser, Frank Budweg

Vendange bourgeoise 2016: le rendement parle de lui-même

La Bourgeoisie de Bienne est satisfaite de la récolte 2016. La production de raisins Pinot Gris et Pinot Noir a pu être nettement augmentée. L’automne doré y a également contribué.
Ce dimanche, quelque 25 Bourgeoises et Bourgeois étaient actifs dans les vignes «Cornemuse». Ils ont pu récolter pas moins de 884 kg de Pinot Gris et 430 kg de Pinot Noir. Non seulement la récolte a été réjouissante, mais également la qualité des raisins. Selon le «chef-vendangeur» compétent Benno Hadorn, la Bourgeoisie de Bienne peut se réjouir d’un bon cru.
L’année dernière, les oiseaux avait apprécié le précieux raisins et picoré les premières 5 à 10 pieds de vigne près de la forêt. Grâce aux filets contre la grêle et les oiseaux nouvellement installés, la perte par les oiseaux a pu être fortement réduite. Cet investissement en valait la peine et les raisins ont pu mûrir lors des beaux jours de septembre. En outre, les pieds de vigne encore jeunes sont lentement arrivés à un bon rendement, ce qui a également contribué à l’augmentation de la quantité. Désormais, les raisins seront affinés en un vin de grande qualité par le maître viticulteur Beat Burkhardt à Gléresse.

„Réserve forestière spéciale Chasseral Nord“ – protection importante de la diversité des espèces en Suisse

Dans la région de Chasseral Nord, une réserve forestière spéciale est actuellement revalorisée avec le soutien de la Bourgeoisie de Bienne. D’importants espaces vitaux pour des espèces animales devenues rares pourront ainsi être protégés et sécurisés.

L’utilisation intensive des terres durant le 20e siècle en Suisse a entraîné la destruction de nombreux habitats naturels d’espèces animales très diverses. Pour y remédier, des réserves forestières spéciales sont crées, dites aussi réserves forestières à interventions particulières – et c’est notamment le cas dans la région du Chasseral. L’objectif, dans cette région, est de revaloriser l’habitat naturel du Grand Tétras, en procédant à des éclaircies sélectives de la forêt et en favorisant les arbrisseaux à baies et les conifères, ainsi que des lisières de forêt en dégradé riches en espèces végétales. Bien que cette revalorisation ne garantisse pas le retour des gros gallinacés, elle sera profitable pour d’autres espèces animales et végétales.

Avec plus de 50% de la zone concernée, la Bourgeoisie de Bienne est le partenaire principal et le plus actif de la réserve forestière spéciale Chasseral Nord. C’est notamment grâce aux revenus provenant de zones d’abattage et de carrières situées sur son territoire, que la Bourgeoisie peut continuer de s’engager en faveur de la protection de la nature et du paysage.

Les travaux sont actuellement en cours. Ils seront près de s’achever dès les premiers feux de l’automne, et l’école Steiner de Bienne prendra le relais sur le terrain pour débarrasser les restes des travaux forestiers.

 

Impressions 2015:

Ambiance décontractée au bord du lac de Bienne

Le temps n'aurait pas pu être meilleur: l'Assemblée de la Bourgeoisie qui s'est tenue à bord du MS Ile de St-Pierre a joui d'un cadre lacustre impressionnant et d'un coucher de soleil splendide dans une ambiance conviviale.

Plus de 70 membres ont pris part le 28 juin 2016 sur le lac de Bienne à l'Assemblée de la Bourgeoisie présidée par Peter Moser. En dehors du compte annuel 2015, les informations sur les transactions foncières en cours et la rétrospective de la promenade de début juin ont été les autres points forts de l'ordre du jour. En outre, la visite de la carrière Tscharner et le coup d'œil dans les coulisses de la gestion par la société Ciments Vigier S.A. à Péry ont suscité un vif intérêt.
La collation qui a suivi sur le pont du MS Ile de St-Pierre lors de cette soirée estivale restera gravée encore longtemps dans la mémoire des participantes et participants.

Balade Bourgeoise 2016

Le lendemain, lors de la visite traditionnelle des autorités, Bourgeoises et Bourgeois ont aussi eu un aperçu de l’exploitation des carrières dans toute sa diversité, ainsi que des mesures de compensation écologiques qui l’accompagnent. Les carrières représentent une importante source de revenus pour la Bourgeoisie de Bienne. Près de 20% des recettes de la Bourgeoisie proviennent des indemnités pour le terrain, des travaux d’aménagement des infrastructures ainsi que de la mise en œuvre de mesures compensatoires pour l’écologie. Ce voyage dans le monde de l’exploitation des carrières a suscité beaucoup d’intérêt auprès des Bourgeoises et Bourgeois.

L’exploitation des carrières permet de protéger la nature et le paysage

La société Ciments Vigier S.A. à Péry se procure ses matières premières dans les carrières de Tscharner et Châtel. L’extraction se fait principalement sur du terrain appartenant à la Bourgeoisie de Bienne. Dans le cadre de la visite traditionnelle des autorités, une centaine d'invités ont été informés de première main sur les aspects variés de l’exploitation des carrières ainsi que sur les mesures de remplacement écologique compensatoires.

La production de ciment dans la cluse de Reuchenette a une longue tradition. La société Ciments Vigier S.A. produit déjà depuis 1891 cet important matériau de construction. La Bourgeoisie de Bienne est partenaire contractuelle de cette société depuis 1931. Dans le temps, l'extraction avait lieu en souterrain sous la forêt de la Charuque, puis dès 1950 l’exploitation s'est faite à ciel ouvert dans la carrière de la Charuque. Au milieu des années 80 a suivi l’extraction de matériaux dans la carrière du Châtel et depuis environ 15 ans, les matières premières importantes telles que le calcaire et la marne sont extraites pour la production du ciment dans la carrière de Tscharner.

Dans le cadre de la visite traditionnelle des autorités organisée par la Bourgeoisie de Bienne, plus de 100 représentantes et représentants de la politique, de l’économie et de la société se sont fait un aperçu de l’exploitation variée de la carrière ainsi que des mesures de remplacement écologique compensatoires. La société Ciments Vigier S.A. produit chaque année quelque 900‘000 tonnes de ciment, ce qui correspond à environ 20% de la production suisse (4,4 millions de tonnes). Le volume d’extraction annuel à Péry-Reuchenette s’élève à plus de 400‘000 m3 de calcaire et de marne. L’extraction se fait principalement sur du terrain appartenant à la Bourgeoisie de Bienne, alors qu'une petite partie du terrain est la propriété de la Bourgeoisie d’Orvin.

Un aspect important de l’exploitation de carrières est la mise en œuvre de mesures de compensation écologique dans la région, entre autres dans le secteur du Parc naturel régional du Chasseral. De plus, les zones d’extraction font toujours l'objet de mesures de renaturation et de reboisement en partie réalisées par la Bourgeoisie de Bienne. Les carrières de Charuque et Châtel ainsi que les territoires avoisinants en sont des exemples marquants, car ils offrent un espace de vie varié pour des espèces rares de la faune et de la flore grâce aux mesures de remplacement écologique compensatoires mises en œuvre.

Les carrières constituent une importante source financière pour la Bourgeoisie de Bienne. Environ 20 pourcent des revenus de la Bourgeoisie de Bienne proviennent des indemnités d’occupation des sols, des travaux sur les infrastructures ainsi que de la réalisation des mesures de remplacement écologique. Les revenus issus des carrières sont à nouveau investis dans la région, que ce soit dans le domaine de la protection de la nature et du paysage ou dans le domaine social (fonds social). « L’exploitation forestière est essentiellement déficitaire en Suisse» selon Kuno Moser, directeur de la Bourgeoisie de Bienne. « Les revenus issus des carrières permettent à la Bourgeoisie d’exploiter ses forêts selon les strictes directives FSC et de prendre en considération les intérêts publics concernant la protection de la nature et du paysage ainsi que la détente ».

Film amusant, événement amusant

La soirée cinéma de la Bourgeoisie de Bienne est déjà une tradition. Plus de 120 Bourgeoises et Bourgeois ont accepté l’invitation de la Bourgeoisie de Bienne et profité d’une agréable soirée cinéma suivie d’un apéritif.

Plus de 120 visiteuses et visiteurs sont venus à la traditionnelle soirée cinéma de la Bourgeoisie de Bienne au cinéma Rex à Bienne, où était projetée la nouvelle comédie de Jean-Paul Améris «Une famille à louer». Le choix du film a répondu au goût du public, de jeunes Bourgeoises et jeunes Bourgeois sont notamment venus assister à la projection du film. Toutefois, ce film n’était pas le seul à être divertissant et amusant, mais aussi l’apéritif qui a suivi au Restaurant Arcade. On s’y est retrouvé pour passer un moment agréable ensemble et avoir des échanges fructueux. Ce fut ainsi la 7e édition de la soirée cinéma de la Bourgeoisie de Bienne.

Investisseuse Biennoise de l'année et meilleure rénovatoin d'immeuble de l'année

La remise du «Prix Engagement» à l'«Investisseuse biennoise de l'année» ainsi qu'aux «trois meilleures rénovations d'immeubles de l'année» a eu lieu le 1er mars 2016 à la Maison du Peuple en présence de plus de 270 personnes intéressées. La grande lauréate est la Bourgeoisie de Bienne grâce à son projet de rénovation soignée de l'immeuble sis rue du Général-Dufour 64A. En outre, le premier rang du prix spécial «Prix Engagement Economique» a été atteint par la société

«L’immeuble centenaire, un mélange de style traditionnel local et d’Art nouveau, est le témoin des constructions de logements locatifs juste avant la Première Guerre mondiale. Notre objectif était de raviver la magnificence des immeubles classés «dignes de protection» par le Service cantonal des monuments historiques tout en les adaptant aux exigences de notre époque.
Le besoin de rénovation était considérable, car les installations avaient atteint les limites de leur durée de vie. Les salles de bains, les toilettes et les cuisines ont été entièrement transformées. Avec l’appui d’entreprises qualifiées, les parquets en bois massif, les sols des terrasses ou les boiseries ont pu être réparés, complétés ou partiellement remplacés. Toutes les fenêtres ont été changées et équipées de triple vitrage. Les façades ont été nettoyées à l’aide d’un procédé à basse pression, afin de préserver le crépi Worms. Les ornements colorés ressortent maintenant bien sur les boiseries.
Tous les logements ont été loués sans annonce avec une simple affiche sur place. Nous sommes fiers de notre bâtiment qui attire à nouveau les regards.»

Ulrich Schmid, président du Conseil de la Bourgeoisie de Bienne

Architecte: Leimer Tschanz Architekten AG, Bienne Ingénieur civil: Schmid & Pletscher AG, Nidau Restaurateur: Hans-Jörg Gerber, Nidau Construction: 1912/1913 Rénovation: 2014 Anciens appartements: 3 appartements Nouveaux appartements: 4 appartements de 4 pièces chacun